Publié : 5 février 2013

Faut pas rêver

Lundi 4 février 2013, les élèves de l’enseignement d’exploration " l’Autre et les médias" ont eu le plaisir d’accueillir Corinne Glowacki, Grand Reporter à France 3 et réalisatrice de documentaires.

Après la projection de deux très beaux reportages sur le Népal réalisés pour l’émission Faut pas rêver, les lycéens ont posé des questions à Corinne sur son métier de journaliste/documentariste et sur sa passion pour les Voyages et les Rencontres.

L’école Amchi - Faut pas rêver (30/09/2011)

Le Mustang, cerné par les montagnes de l’Himalaya, est un ancien royaume fondé au 14ème siècle, à la frontière tibétaine. Ici au sommet du Népal, vivent environ 7 000 habitants, sans eau courante ni électricité. Aucune route ne dessert cette région perchée à presque 4 000 mètres d’altitude.
Tenzin Bista et Gyatso, deux frères, ont créé en 2006 une école unique en son genre : de 6 à 17 ans, une trentaine d’enfants, issus de milieux pauvres, apprennent la médecine traditionnelle Amchi, d’origine et de philosophie tibétaines, à base de plantes. La tradition exige entre autre que le médecin ne fasse jamais payer ses patients. Aujourd’hui on ne compte plus que 4 Amchis dans l’ensemble du Mustang. Pourtant ici, dans cette région coupée du reste du pays, cette médecine est souvent la seule qui peut sauver des vies.

Les déesses vivantes- Faut pas rêver (30/09/2011)

Dans l’ancienne cité royale de la ville de Patan, Samita, une fillette de 9 ans vient d’être nommée Kumari. Choisie par des prêtres, elle doit incarner jusqu’à sa puberté Durga, la célèbre déesse hindoue, crainte et respectée, mais aussi protectrice pour le peuple népalais. Un rôle qui implique de recevoir des dizaines de fidèles chaque jour pour les bénir : ils viennent déposer des offrandes à ses pieds et constituent son unique contact avec l’extérieur. Dorénavant Samita vit cloîtrée dans son palais et ne peut parler qu’avec sa proche famille. Aujourd’hui une avocate et une ancienne Kumari militent, chacune à sa façon, pour faire évoluer cette tradition et aider les Kumaris à s’intégrer dans une société moderne.