Vous êtes ici : Accueil > Enseignements > Enseignement général et technologique > Arts plastiques > Visites et sorties > De la chair, des oeuvres de femmes et un arbre de bronze
Publié : 28 mars 2010

De la chair, des oeuvres de femmes et un arbre de bronze

Mercredi 17 mars, 51 élèves de terminale sur les 55 inscrits en Arts plastiques sont allés visiter l’exposition Lucian Freud au centre Georges Pompidou. L’exposition leur était commentée par un conférencier. Par la suite, ils ont visité, en autonomie, la collection permanente du centre, réorganisée pour montrer uniquement des oeuvres d’artistes femmes en un accrochage intitulé "Elles@centrepompidou". La journée s’est terminée par une rapide séance de croquis de "L’arbre des voyelles", sculpture monumentale de Giuseppe Penone installée au Jardin des Tuileries et oeuvre au programme limitatif en arts plastiques depuis cette année.

Torchy Mzrie-aude, croquis, 17.03.10 {JPEG}

Voici quelques impressions et croquis saisis par les élèves pendant la visite de l’exposition Lucian Freud :

- « L’expo était terrible et fascinante. Je me suis senti très mal à l’aise devant ces corps crûment exposés au public. Comme des cadavres qu’on offre aux yeux des gens... J’ai conscience du fait que ce ne sont absolument pas des cadavres et que ce n’était sûrement pas l’intention de l’auteur, mais c’est vraiment comme ça que je l’ai ressenti. Le plus dur et douloureux dans les œuvres de Freud, et ce qui m’a le plus intéressé finalement, c’est le fait de sculpter la matière, de tailler la peinture, faire des empâtements, craqueler la matière, la torturer pour lui donner une expressivité maximale... »
François Labitrie, Terminale L/ES.

- Viger Juliette, croquis, 17.03.10 {JPEG}
« Suite à cette exposition, j’ai eu une très bonne impression par rapport à l’œuvre de Lucian Freud. Je ne connaissais pas cet artiste et le temps d’une courte visite, à travers ses peintures, on retrouve des leitmotivs et une sémantique qui lui est propre.
Je suis extrêmement sensible à cette peinture marquée de touches grasses extrêmement présentes et j’ai apprécié le fait que cette peinture surpasse, écrase, cache, interprète et fasse finalement vivre le dessin. De plus, ces corps qui s’imposent par leur masse, leur présence, leur vivacité... sont incroyablement troublants, comme s’ils allaient se mouvoir et « rouler » à nos pieds. »
Juliette Viger, Terminale L/ES.

- « L’exposition Lucian Freud est très particulière : je ne sais pas si j’ai aimé, mon avis est partagé. Autant ses tableaux sont remarquables au niveau qualité picturale, son rapport au réel et à la perspective, autant mon travail et mes goûts sont axés sur le volume et la sculpture. Ceci dit, quand on s’approche de ses peintures, on remarque une épaisseur, un empâtement de la peinture... C’est une exposition critiquable à la fois positivement et négativement. »
Jeffrey Vanhalst, Terminale S.

- Chargé Flore, croquis, 17.03.10 {JPEG}
« Peintures qui mettent au centre un homme ou une femme, obèse, nu(e), avachis sur un lit ou un canapé... J’ai trouvé ces peintures répétitives et qui ne mettaient pas en valeur le sujet peint, le corps humain. L’allure, l’expression du visage, ne donnent pas une « belle » image, du corps, voire de l’homme ou de la femme. »
Flore Chargé, Terminale ES.

- Jarosz Cécile, croquis, 17.03.10 {JPEG}
« C’était, pour moi, une magnifique exposition. D’une part, parce que ses tableaux sont des tableaux-photo et filmiques, puis de part la précision de ses traits. L’artiste représente « de façon véridique » les personnes, cela ressemble plus à une peinture analytique.
Enfin, c’est un artiste qui n’invente pas un monde idéal. Il peint des corps qui sont gros, vieux, maigres, petits, repoussants, déformés... Tous les tabous sont dépassés, que ce soit ceux du sexe ou de la beauté.
Une des citations que je retiendrai de lui est : « J’ai méprisé la belle peinture et la délicatesse des touches ».
Cécile Jarosz, Terminale S.

- "Imposant, réel, cruel, gênant, humain, déstabilisant, complexe, naturel, surprenant, comique, simple, grossier, lumineux, incompréhension, original, courage, exhibition, complicité, partage, vivant, insouciance. »
Pablo Bernard, Terminale ES.

- This Juliette, croquis, 17.03.10 {JPEG}
« Tout d’abord, cette exposition m’a semblé provocante et sale. L’aspect de la nudité des modèles dans tous les tableaux et particulièrement les détails du corps humain m’ont repoussé. Mais une fois devant les œuvres et après les avoir bien contemplés et surtout analysés, j’ai trouvé que la peinture avait quelque chose de tendre, particulièrement l’œuvre intitulée « Homme nu, vu de dos » de 1993. L’esthétique particulière de ce corps gras, moulé dans le fauteuil donnait une ambiance sereine, presque chaleureuse au tableau. »
Juliette This, Terminale S.

- Vansteene Xavier, croquis, 17.03.10 {JPEG}
« J’ai été séduit par l’exposition Lucian Freud. Il a une façon très originale de peindre le nu qui me fascine. J’apprécie également le lien qu’il entretient avec sa famille à travers son œuvre. Sa façon de peindre est vraiment fabuleuse, très chaleureuse. Ce que je retiendrai le plus, c’est le tableau intitulé « Big Sue ». Par pour la personne représentée mais pour tout ce qu’elle représente : sa plasticité et la façon de peindre de Lucian Freud. »
Xavier Vansteene, Terminale S.

- « Pour l’exposition Lucian Freud, je suis partagé. D’un côté, je trouve le travail de Lucian Freud très travaillé en matières et en lumières. Mais certaines toiles ressemblaient à des photographies, ce qui me gênait étant donné que Lucian Freud est encore vivant et que la photographie existe, je ne vois pas l’intérêt. Finalement, j’ai trouvé les photographies de l’atelier plus intéressantes que les peintures. Enfin, ce qui m’a gêné le plus, c’est que je me sentais comme dans une boucherie avec de la bidoche accrochée aux murs. »
Valentin De Lima Ferreira, Terminale L.

- « Au premier abord, je n’ai pas beaucoup aimé la peinture de Lucian freud. Je l’ai trouvé dérangeante, particulièrement pour la salle des nus. Mais j’ai essayé de ne pas m’arrêter seulement à cet aspect. En approfondissant plus, je me suis aperçue qu’il peignait les gens qui lui tenaient à cœur. J’ai trouvé alors sa peinture plus touchante et plus profonde. De plus, le travail qu’il a effectué sur la lumière m’a beaucoup impressionnée. »
Manon Lespagney, Terminale L/ES.

- Adenis Marine, croquis, 17.03.10 {JPEG}
« Je n’ai trouvé aucun charme particulier aux natures ou aux paysages. Mais j’ai été ébahie par la puissance de ses peintures de nus. La richesse colorée conduit à une transmission d’émotion pure. Et pourtant, il reste quelque chose de terne. C’est un équilibre étrange entre le sublime de la peinture et la laideur de ces amas de chair. »
Marine Adenis, Terminale L/ES

- Heulin Isaline, croquis, 17.03.10 {JPEG}
« Face à l’œuvre de ce peintre, je n’ai pas du tout apprécié le style et j’ai trouvé désagréable de regarder les tableaux en général : ça m’a donné l’impression d’être le contraire du « beau esthétique ». Néanmoins, j’ai trouvé très intéressant de connaître la démarche de cet artiste et ainsi de comprendre le sens de ses tableaux. Enfin, j’ai pu admirer avec quelle précision et expressivité il peint la réalité. »
Isaline Heulin, Terminale L/ES.

- Long Marius, croquis, 17.03.10 {JPEG}
« J’ai beaucoup apprécié cette exposition. Au début, l’atmosphère qui se dégage des tableaux est déroutante : des nus très crus, des modèles qui ne plaisent pas forcément à l’œil. Mais on est stupéfait par la technique de peinture, son épaisseur et ces regards représentés pleins de vie. On se prend une claque car la peinture est impressionnante. »
Marius Long, Terminale S.

- « J’aime beaucoup Lucian Freud : ces œuvres communiquent tellement de choses même si ses peintures peuvent, à première vue, paraître inintéressantes ou seulement pour leur réalisme. En réalité, il en dit beaucoup plus. »
Sonia Vaz, Terminale ES.

- Zucchini Martin, croquis, 17.03.10 {JPEG}
« J’ai trouvé la qualité des peintures de Lucian Freud vraiment sublime : la lumière qui ressortait des tableaux était incroyable ! En revanche, j’étais moins intéressé par ce que Freud peignait : toute cette chair à la limite de l’exagération.
C’était aussi une excellente exposition d’un point de vue graphique. La gravure que j’ai croquée en est pour moi le symbole, elle m’a impressionnée par sa précision. »
Martin Zucchini, Terminale S.

- Gay Alexia, croquis, 17.03.10 {JPEG}
« Cette exposition m’a beaucoup plus, tant pour l’esthétique des tableaux que pour leur signification. L’émotion que l’on peut ressentir face à de telles œuvres, qui ont pris pour la plupart plusieurs années avant d’être achevées, est très forte. La sensibilité de touche (et l’apport de lumière qui illumine la peinture) est quelque chose que j’ai trouvée très poignant. La manière dont il parvient à donner tant de beauté à des corps si disgracieux. »
Alexia Gay, Terminale S.

- Vibert Christopher, croquis, 17.03.10 {JPEG}
« Je trouve la pratique de Lucian Freud très répétitive mais très intéressante. Pendant la visite, on nous a presque autant parlé du grand-père que du petit-fils. Il est clair que leurs travaux se ressemblent mais il est exagéré de chercher des liens à la psychanalyse dans toutes ses peintures. Le tableau qui m’a le plus plu est « Richman with his son » pour la construction du tableau, les regards vides, lassés et cette fenêtre qui permet de s’échapper de la morosité de ces deux personnages. »
Christopher Vibert, Terminale S.

- Corbin Clémence, croquis, 17.03.10 {JPEG}

- Gimeno Laetitia, croquis, 17.03.10 {JPEG}

- Guigen Jeremie, croquis, 17.03.10 {JPEG}

- Belinguier Axelle, croquis, 17.03.10 {JPEG}

- Sandelin Julie, croquis, 17.03.10 {JPEG}

- Harbonn Hugo, croquis, 17.03.10 {JPEG}

- Carolo Jérome, croquis, 17.03.10 {JPEG}

- Garnier Laura, croquis, 17.03.10 {JPEG}

- Marty Laura, croquis, 17.03.10 {JPEG}

- Cotrel Maylis, croquis, 17.03.10 {JPEG}