Vous êtes ici : Accueil > Education Artistique et Culturelle > Atelier cinéma > 2013-2014 > La famille Tenenbaum
Publié : 12 mai 2014

La famille Tenenbaum

Le lundi 28 avril, les 2de2 et 2de3 ont assisté à la projection du 3ème film du dispositif Lycéens et apprentis au cinéma  : La Famille Tenenbaum de Wes Anderson.

"Chez les Tenenbaum, une famille américaine loufoque et dysfonctionnelle, les pathologies s’échangent mieux que les preuves d’amour. À commencer par les trois enfants de Royal (Gene Hackman) et Etheline (Angelica Huston), trois petits génies qui ont mal tourné. Mais Etheline eut la mauvaise idée (ou la bonne, c’est à voir)
de demander le divorce, provoquant une crise familiale dont l’influence sur la fratrie sera immense. Vingt ans ont passé et l’on retrouve Margot, Richie et Chas empêtrés dans leur vie intime et professionnelle ratée. Seul Royal, sorte de rebelle roublard et excentrique, continue de s’amuser et, un jour, prétexte une maladie grave
afin de réintégrer le foyer familial."

La projection sera suivie d’une reprise au CDI avec M. Schmitt, enseignant documentaliste, et les professeurs d’anglais des deux classes.

Les élèves seront amenés à réfléchir sur l’univers cinématographique de Wes Anderson marqué par une sorte de burlesque désenchanté, avec une prédilection pour les lieux clos et une esthétique de maison de poupée qui se déploie autour de
plans frontaux et surchargés de détails, de décors volontiers artificiels et un sur découpage de l’espace en de multiples cadres.

Chez lui, les enfants se comportent comme des adultes, en miment les postures,
les désirs, tandis que les adultes ressemblent eux à des ados immatures
et capricieux.

Questionnaire :

A sa sortie, « La famille Tenenbaum » a été acclamé par les critiques de cinéma mais n’a pas rencontré un grand succès. La présence d’acteurs populaires comme Ben Stiller ou Owen Wilson n’y a rien changé. Selon vous en quoi ce film a pu déconcerter et même gêner le grand public habitué aux blockbusters américains ?

Peut-on considérer ce film comme une comédie ? Les personnages sont-ils drôles, pathétiques, navrants, ou tout cela à la fois ? En quoi peut-on parler d’un burlesque mélancolique ?

Que pensez-vous du comportement des adultes et de celui des enfants ? A ce propos, en quoi l’auteur nous interroge-t-il sur la difficulté à sortir de l’enfance ? Sur la recherche de la filiation ou de la paternité ? Ces thèmes traversent toute l’œuvre cinématographique de Wes Anderson.

Une esthétique kitch, avec des couleurs criardes est très caractéristique de l’univers de Wes Anderson. Qu’apporte-t-elle au film ? De la même manière, Pour quelles raisons le réalisateur attache-t-il autant d’importance aux costumes et aux accessoires de chaque personnage ?

Chaque film d’Anderson se déroule principalement dans un seul lieu (un train, un bateau, un hôtel…). Cet espace est toujours riche de signification. Dans ce film c’est la maison de famille qui joue ce rôle très particulier. Comment nous est-elle présentée ? Que nous apprend-elle sur les personnages et leurs relations ?

L’auteur a une véritable obsession du détail. Dans chaque plan, il s’amuse à accumuler des objets qui apportent des informations sur les personnages et donnent du sens au récit. Essayer de repérer quelques exemples qui vous semblent significatifs.

Chaque plan est composé comme un tableau. Anderson a souvent recours à la technique photographique du surcadrage. Des fenêtres, des portes, des murs, ou d’autres éléments du décor forment à l’image des sortes d’écrans qui cloisonnent, séparent, enferment les personnages dans le plan. Essayer de repérer quelques exemples qui vous semblent significatifs.

D’après vous pourquoi les personnages sont-ils souvent filmés de façon frontale, c’est-à-dire face à la caméra en plan très rapproché ? Pourquoi le réalisateur utilise-t-il aussi beaucoup le champ contre champ ?