Vous êtes ici : Accueil > Vie scolaire > Vie lycéenne > Actualités de la vie lycéenne > 2018 - 2019 > Conférences d’Alice Anglaret, igénieure pour l’Ecole
Publié : 13 février

Conférences d’Alice Anglaret, igénieure pour l’Ecole

Alice ANGLARET, ingénieure pour l’école, est venue présenter, à nos élèves de premières scientifiques, les différentes carrières auxquelles ils pourront accéder après leurs études.

- Ingénieure chez ArianeGroup, madame ANGLARET a pris son entreprise comme exemple pour montrer aux élèves la diversité de métiers présents et possibles dans une telle entreprise.


- Elle leur a expliqué que les métiers y étaient classés en trois catégories : les ouvriers-compagnons (recrutés après un BAC pro, très recherchés pour certains), les techniciens (possédants un BTS ou un DUT) à qui il est, maintenant conseillé de compléter leurs études par une licence professionnelle en alternance (difficile de se faire embaucher à BAC+2) et enfin, les ingénieurs et les cadres, recrutés après une école d’ingénieurs ou un master.
- A ceux qui souhaitent devenir ingénieurs, elle a conseillé de passer des concours d’écoles d’ingénieurs, ne serait-ce que comme "entraînement " pour le BAC...
S’ils entrent dans une de ces écoles, ils peuvent avoir à faire une année de césure, à l’étranger, (afin de parfaire ou d’apprendre une langue étrangère qui leur sera utile dans leur métier) avant d’entreprendre leur cinquième année d’école.
S’ils n’obtiennent pas d’école, par concours, ou s’ils souhaitent faire une prépa avant, ils auront deux ans pour réfléchir à la spécialité/ l’école qu’ils souhaitent (Madame ANGLARET conseille de choisir un établissement proche de son domicile, pour la CPEG, afin de perdre le moins de temps possible dans les transports, ces deux ans demandant un travail intensif). De plus, la prépa leur donnera de bonnes méthodes de travail (utiles quel que soit, finalement, leur métier). Il leur restera, ensuite, trois ans d’études dans l’école obtenue (Madame ANGLARET déconseille de choisir une école dont le diplôme n’est pas reconnu par l’état).
- Aux jeunes filles, Madame ANGLARET a appris qu’elles n’étaient que 10% dans les écoles d’ingénieurs. Elle leur a parlé de l’association "Elles bougent" qui peut les mettre en contact avec une "marraine", ingénieure, pouvant les aider à visiter des entreprises et à obtenir des stages, pour les encourager à devenir ingénieures à leur tour...
- Les métiers de l’ingénierie, comme les autres, évoluent avec notre temps. On trouve toutes sortes d’ingénieurs comme, par exemple, les ingénieurs médicaux (pour les prothèses, outils et appareillages de chirurgie, gélules de médicaments, etc...). L’évolution les amène, maintenant, à travailler sur -et avec - des imprimantes 3D et les métiers d’ingénieur n’ont pas fini de se développer et se transformer avec la société.