Publié : 17 avril 2019

Les élèves de l’enseignement d’exploration "Le Japon et le manga" s’essayent à l’écriture de haïkus

Des compositions originales...

J’admire ces fleurs
cette nature et cette verdure
qui brillent dans le vent

Vent frivole qui vole
par delà les monts
glissant dans la brume perdue

Un arbre dans l’axe
des fleurs tout autour dansent
la nature nous gâte

Éclair de cristal
rayon d’argent éternel
nuit au clair de lune

Rosée sur les feuilles
la brume du clair de lune
sur des pierres froides

Le vent violent du soleil
niche encore dans
la maison du coucou

Cerisiers fleuris
feuilles se mouvant doucement
beauté de l’été

Les flammes noires
et le printemps mécontent
ont fui l’hiver malsain

Plié au gré du vent
les pétales au sol
le cerisier sommeille

Au bord de la mort
les feuilles de l’arbre
tombent comme des châtaignes

Nuit de charbon jour d’or
papillon d’ombre et de lumière
silence lourd

Les arbres asséchés
sous le poids de l’été
ne cessent de souffrir

Fleur de printemps
gelée par la nuit
octobre qui attend

Soleil d’hiver
lueur d’hiver
flocon laiteux disparaît

Le beau bleu du ciel
la cascade s’écoule
le chant des oiseaux

Contents les enfants
sous les cerisiers en fleurs
la nature leur mère

Début de l’hiver
une balade au froid
les rues enneigées

Chenille de coton
en hiver sort en chaussons
même pas de blouson

Un jour printanier
pétales de fleurs bleutées
nous buvons du thé

Le matin d’hiver
sous les cerisiers gelés
on lève les voiles

Dans la nature
s’estompe l’insouciance
où la mort règne

le prêcheur arrive
la nuit sera couleur sang
jusqu’à l’aube

La nature meurt
mes sentiments partent loin
la fin de l’hiver

L’eau coule de la source
les poissons se cachent dans l’eau
j’ai marché dedans

Auteur dépassé
par la clarté nocturne
s’éveille le jour