Publié : 29 mai

L’imagination à la campagne

L’imagination à la campagne

Je m’en fous pas de vivre ici. Et puis je trouve que de là à parler de la ruralité comme si on était des paysans avec un brin de paille dans la bouche… c’est ridicule. Cependant, j’ai envie de raconter un souvenir, un instant qui s’est passé l’autre jour. Quelque chose d’enfin intéressant. Ce genre de moment un peu surnaturel ne peut se passer qu’à la campagne.

C’était un soir, il faisait nuit, la lune ressortait. Toute ronde et blanche. Je regardais par la fenêtre avec mon chat dans le canapé. J’avais pour seul éclairage le feu de la cheminée qui projetait une lumière rouge et jaune avec un grésillement dans toute la pièce. Aucun bruit, seulement le feu. Je regardais dehors, la hauteur de mes fenêtres m’empêchait de voir la rue et les gens passer. De toute façon, en pleine campagne vers 5h du matin, je suppose qu’il n’y a personne.
Puis j’ai entendu un bruit. Il s’approchait, devenait plus fort, plus prêt quand tout à coup une forme, puis deux avec ce même bruit qui continuait. Puis trois, puis quatre formes.

Dans la nuit, je la voyais à peine. Elle créait une ombre, une ombre chinoise. Ce qui la rendait plus importante et plus impressionnante. C’était un peu le monstre du village qui veille sur les habitants une fois tout le monde endormi. Comme la légende du monstre du Loch Ness en Écosse mais là c’était la Queue Lez Yvelines.

Avec la Lune, on pouvait voir comme un tableau ou une gravure de Vallotton en noir et blanc. Puis le bruit est passé, le jour est venu et je me suis endormie.

Le lendemain au réveil, plus de légende, plus de feu. Tout ça, toute cette légende à cause d’un tracteur ! Ce tracteur a créé à lui tout seul l’ambiance du village. Les gens passent, sans savoir ce que j’ai vu, ce qu’il s’est passé la nuit dernière.

La campagne n’est pas très intéressante mais elle peut créer des légendes comme celle-ci grâce à un tracteur ! Finalement, peut-être qu’avec un peu d’imagination on peut voir des choses intéressantes et surprenantes à la campagne.

Marguerite