Accueil > Education Artistique et Culturelle > Jeunes en librairie > 2021-2022 > Retour sur la conférence d’Hervé Brient, spécialiste manga

Retour sur la conférence d’Hervé Brient, spécialiste manga

Publication : (actualisé le ) par Geneviève Dominois

Pour découvrir le manga...

Les magazines japonais de pré-publication :
Publication d’un one-shot pour tester la réaction du public, puis ensuite publication dans un magazine, toutes les semaines, toutes les deux semaines, tous les mois ou dans des numéros spéciaux (six mois / un an). Entre 15 à 20 séries, à chaque fois différentes dans chaque magazine pour plaire au plus grand nombre. Après cela, sortie en format à relier (140 à 200 pages).

Les cibles :
-Komodo : pour les enfants (on commence en a avoir)
- Shōnen : pour les garçons pré-ados. C’est celui qui a le plus de succès.
- Young Seinen : pour les ados, post-ados, plus sombre, avec des histoires plus complexes plus d’histoires "sexy".
- Shôjo : pour un public féminin, adolescent ou jeune adulte.
- Josei : pour les femmes adultes, insérées dans la vie active et/ou mariées
- Seinen : pour les jeunes adultes hommes

L’édition
Les éditeurs décident de la classification dans laquelle le manga va sortir. Au Japon les shôjo sont uniquement pour les filles mais ailleurs les garçons peuvent les lire.
Le rédacteur en chef a sous ses ordres énormément de personnes. 16 pages doivent être livrées chaque semaine.
Un auteur travaille 6 jours sur 7, avec des journées de 20 heures. Les auteurs sont suivis par des tantôsha, c’est-à-dire des responsables éditoriaux qui suivent pas à pas la réalisation du manga : lundi, réunion avec le tantôsha/ mardi, présentation du projet, ensuite rédaction, dessin et impression. Les dessins sont surtout sur papier, scannés et envoyés. Les auteurs ont des assistants pour les aider. L’auteur écrit le scénario, les dialogues puis crayonne. Il donne le reste du travail à ses assistants. Il travaille dans un bureau qu’il loue ou parfois chez lui. Il y a une hiérarchie chez les assistants. C’est en fonction de ce qu’ils ont à faire. C’est l’auteur qui fait l’encrage des personnages principaux. Une fois que cela est fait, il transmet le travail aux assistants. Un assistant gomme ce qui est derrière l’encrage, un autre fait des cadres...
En France, on achète les droits de publication.

Le manga est né au Japon au 19ème, début du 20ème siècle dans des magazines pour garçons et filles. Petit à petit, la BD a pris de la place. Après la 2nde guerre mondiale, Osamu Tezuka a révolutionné le manga.
Avec les téléphones portables, les prépublications sont en baisse et sont remplacées par des publications en ligne. Le public en ligne est plus large. Certaines séries ont des pages couleurs, sinon toujours en noir et blanc.

Quelques caractéristiques
La caractéristique des grands yeux est dans la mouvance de l’art nouveau. Tezuka était fan de Walt Disney : il fait rassembler les visages des adultes à ceux des bébés (néoténie). Tout le monde va le copier.
Le symbole de la petite croix indique que le personnage est énervé.
Le symbole des gouttes de sueur, de gêne est associé à de nombreux sentiments, timidité, ressentiment..
Les lignes de vitesse montrent le mouvement, où il faut regarder : on simule l’action , la violence...

La diversité
Il y a des thématiques très différentes. Un manga peut combiner plusieurs thèmes
Aventure action : Assassination classroom, gros succès en 2021, Naruto, Banana fish...
En 2022 1021, les ventes ont explosées. Certaines séries qui font un flop repartent et sont de nouveau des succès.

- La romance : surtout la romance lycéenne : Love Hina..
- Le fantastique, la science-fiction : L’atelier des sorciers
- Le sport, les métiers : En scène, Une vie au zoo
- La société japonaise : on voit la vie quotidienne des personnages : Eclats d’âme, Kamakura Diary
- Les mangas historiques : Pavillon des hommes
- Humour : Magical girl boy
- Post apocalyptique : L’attaque des Titans
- Policiers /Guerre : Détective Conan
- Erotique

Le manfra
Le manfra désigne les œuvres de bandes dessinées réalisées par des auteurs francophones s’inspirant de la bande dessinée asiatique : en noir et blanc, petit format, A5, B6, plus de 160 pages, succès à partir des années 90, éditeur professionnel.

Le marché du manga
Le Japon a le marché le plus important. L’Asie est un gros consommateur. Viennent ensuite le marché francophone et américain. Le manga commence à bien fonctionner en Afrique et au Moyen-Orient.

Menu