Vous êtes ici : Accueil > Enseignements > Enseignement général et technologique > Arts plastiques > Visites et sorties > Architectures de Gaudi dans Barcelone
Publié : 16 mars 2011

Architectures de Gaudi dans Barcelone

En terminale arts plastiques, les élèves doivent montrer leur capacité à travailler en autonomie, leur maturité intellectuelle et pratique, leur intérêt réel pour la culture artistique en faisant la démarche d’aller, par eux-mêmes, visiter des expositions artistiques ; sans attendre que leurs enseignants les y emmènent.

Samia Wahbi, Gaudi dans Barcelone, février 2011 {JPEG}

Aspirant à des études d’architecte, j’ai décidé, au cours d’un séjour à Barcelone, de faire le compte rendu des œuvres d’ Antoni Gaudi (1852-1926), architecte et figure importante de l’art espagnol du début du XXème siècle et qui m’intéresse particulièrement.

Samedi 12, La Sagrada Familia (1882-1926)

Samia Wahbi, Gaudi dans Barcelone, février 2011 {JPEG}

La Sagrada Familia est la pièce maîtresse de l’œuvre architecturale de Gaudi. Bien qu’inachevée ("inachevable" disait Salvador Dali), la Sagrada Familia est une œuvre incontournable.
Elle est aujourd’hui sujette à de nombreuses controverses notamment à cause des matériaux modernes utilisés de nos jours et qui dénatureraient le projet de gaudi.
Le plus frappant au premier abord est le contraste entre les deux façades, de par la couleur de la pierre mais aussi par leurs styles radicalement différents. En effet, la construction s’étale sur près d’un siècle et est encore inachevée, il est donc normal d’y retrouver ce genre de contraste. Cependant ce côté " en construction ", " work in progress " et cette évolution des techniques rendent l’œuvre particulièrement intéressante. On y voit ainsi une succession de différents styles architecturaux et de différentes techniques…
A l’intérieur, un musée permet au visiteur de découvrir les plans originaux de l’architecte et la façon dont les ouvriers travaillent la pierre qui sera directement utilisée lors du chantier.

Samia Wahbi, Gaudi dans Barcelone, février 2011 {JPEG}

Au-delà de l’inspiration gothique, visible au premier coup d’œil, on peut remarquer que Gaudi s’inspirait des formes de la nature (escalier en colimaçon, colonnes faisant références à la forme des arbres…), ce qui est particulièrement intéressant dans une œuvre monumentale comme celle-ci.
Cette architecture réunit donc deux dimensions : spirituelle (avec des formes qui montent aux cieux) et terrestre (avec des motifs pleins de vie qu’il tire de la nature).
Les matériaux utilisés par Gaudi sont : la brique brute dans les murs, le fer et l’acier dans les charpentes, le verre, la céramique et la mosaïque pour les parties décoratives.

Dimanche 13, La Casa Milà (1905-1907)

Samia Wahbi, Gaudi dans Barcelone, février 2011 {JPEG}

La Casa Milà, surnommée " La Pedrera ", est une œuvre emblématique de Gaudi. C’est un immeuble d’habitations tout en courbes. Celui-ci accueille les salles de la Fundacion Cultural La Caixa, mais aussi l’espace culturel Gaudi consacré à son œuvre et qui explique les inspirations de l’artiste, raconte sa vie et son parcours.
Le plus impressionnant reste la terrasse sur laquelle repose une multitude de sculptures insolites et originales. On y retrouve, de même que sur la façade, des formes inspirées de la nature (fer forgé aux formes végétales, portes principales aux allures de nervures de feuilles, façade dont les formes font penser aux vagues de la mer…).

Samia Wahbi, Gaudi dans Barcelone, février 2011 {JPEG}

Il est également possible de visiter l’un des appartements, dont l’architecture est une fois de plus impressionnante et décoré selon les goûts de l’époque de sa construction.

Samia Wahbi, Gaudi dans Barcelone, février 2011 {JPEG}

Samia Wahbi, Gaudi dans Barcelone, février 2011 {JPEG}

Dimanche 13, La Casa Batllo (1904-1906)

Samia Wahbi, Gaudi dans Barcelone, février 2011 {JPEG}

Elle est également connue à Barcelone sous le nom de Casa de los huesos (la maison des os) car de nombreux détails de la façade rappellent les formes d’un squelette.
Elle résulte de la rénovation d’une maison construite en 1877 aboutissant à la création d’un bâtiment unique et étonnant. Décorée de mosaïques de verre et de céramique, la façade donne l’impression, sous l’effet de la lumière du soleil, d’être en mouvement.
La Casa Batllo serait une allégorie de Saint Georges terrassant le dragon : la toiture composée de tuile en céramique évoque le dos arqué du dragon, les balcons ressemblent à des fragments de crâne, les colonnes de la tribune du premier étage ont la forme d’os, les colonnes du rez-de-chaussée rappellent des troncs d’arbres… Ici aussi, l’architecte s’est clairement inspiré des formes de la nature pour concevoir son œuvre.
J’ai particulièrement apprécié la diversité chromatique que l’on retrouve sur la façade principale mais également la forme insolite et originale qu’adopte désormais ce bâtiment.

Lundi 14, le Park Güell (1904-1914)

Samia Wahbi, Gaudi dans Barcelone, février 2011 {JPEG}

Le parc Güell a été commandé à l’architecte par Eusebi Güell, un mécène qui a largement contribué à la réalisation des œuvres de Gaudi. Il a été édifié pour abriter des résidences privées de l’aristocratie barcelonaise. Il comprend deux maisons, une allée, un immense banc soutenu par des structures de pierres aux formes irrégulières, aux sculptures et céramiques étonnantes. La plupart des colonnes et passages conçus par l’architecte sont réalisés avec des matériaux issus du site même. Le parc semble alors totalement intégré au lieu, comme s’il émergeait naturellement du flanc de la colline. Le parc est époustouflant de par la diversité des couleurs et la fluidité de ses formes.

Samia Wahbi, Gaudi dans Barcelone, février 2011 {JPEG}


Tout au long de ma visite, j’ai continuellement été frappée par l’originalité de cette architecture insolite. Au fil des jours, j’ai pu découvrir la richesse architecturale de la ville, capitale du modernisme (on y retrouve des références au Cubisme, au Fauvisme, au Futurisme italien, au post Impressionnisme et au Surréalisme) et surtout me rendre compte de l’omniprésence de l’esprit de Gaudi (jusqu’au mobilier urbain avec des lampadaires de sa création dans les rues).
Je reste marquée par ce voyage qui m’a permis de découvrir de nouvelles formes d’architecture qui ont totalement remis en question ma perception des formes et des styles que peuvent prendre les édifices.
Les œuvres de Gaudi ont certainement contribué à élargir les possibilités de création pour les artistes comme dans l’opinion publique. Elles sont désormais des références quant à ma perception de l’architecture.

Samia Wahbi, terminale ES