Vous êtes ici : Accueil > Education Artistique et Culturelle > Atelier cinéma > Le cinéma au CDI
Publié : 6 février 2010

Le cinéma au CDI

Le cdi fait son cinéma : Une sélection de livres pour les amateurs du 7ème art

Des adaptations cinématographiques :

- Les grands classiques du polars : le roman en livre de poche + le fim en DVD

Grubb, Davis. La nuit du chasseur. Gallimard, 2008. 350 p Folio Policier + dvd

Lors d’un court séjour en prison, le pasteur Harry Powell a comme compagnon de cellule Ben Harper, un homme désespéré qui, pour sauver sa famille, a commis un hold-up et assassiné deux hommes. Powell cherche à faire dire à Harper où se trouvent les 10 000 dollars dérobés, mais celui-ci ne cède pas. Le prêcheur fanatique se rend chez la veuve de Harper qui a été pendu. Willa Harper ne tarde pas à épouser l’homme d’église, ne voulant pas voir que ce dernier ne veut qu’une chose : faire avouer à ses enfants, John et Pearl, l’emplacement du magot. La nuit du chasseur (The Night of the Hunter) porté au cinéma en 1955 par
Charles Laughton avec Robert Mitchum.

Chandler, Raymond. Le Grand sommeil. Gallimard, 2008. 252 :. Folio policier + dvd Le vieux général Sternwood, à demi paralysé, est affligé de deux filles trop gâtées, Vivian et Carmen. Quand on essaie de lui faire du chantage, il appelle le célèvre détective Philip Marlowe. Bien sûr, il plaît aux deux filles, les deux filles lui plaisent. Le Grand sommeil (The Big Sleep) a été adapté sur grand écran par Howard Hawks en 1946 avec le couple mythique Humphrey Bogart et Lauren Bacall.

Burnett, W.R.. Quand la ville dort. Gallimard, 2008. 307 p. Folio policier + dvd A peine sorti de prison, Riemenschneider rencontre Cobby, un bookmaker, pour lui soumettre un plan audacieux : le braquage de la plus grosse bijouterie de la ville. Cobby le met en contact avec plusieurs personnes pour exécuter le coup : Gus, un restaurateur italien au courant des faits et gestes de la police ; Dix, un tueur froid mais fiable ; Louis, un serrurier hors pair, et Emmerich, un avocat influent qui avancera les fonds. Ce dernier ne plaît guère à Riemenschneider et le plan, pourtant soigneusement mis au point, va bientôt déraper. Quand la ville dort (The Asphalt Jungle) a été réalisé par John Huston en 1950.

- Des best sellers récents adaptés au cinéma

Swarup, Vikas. Les fabuleuses aventures d’un indien malchanceux qui devint milliardaire. 10-18, 2006. 365 p. Domaine étranger.

Quand le jeune Ram Mohammad Thomas devient le grand vainqueur de " Qui veut gagner un milliard de roupies ? ", la production soupçonne immédiatement une tricherie. Comment un serveur de dix-huit ans, pauvre et inculte, serait-il assez malin pour répondre à treize questions pernicieuses ? Accusé d’escroquerie, sommé de s’expliquer, Thomas replonge alors dans l’histoire de sa vie... Car ces réponses, il ne les a pas apprises dans les livres, mais au hasard de ses aventures mouvementées ! Du prêtre louche qui laisse trop volontiers venir à lui les petits enfants à la capricieuse diva de Bollywood, des jeunes mendiants des bidonvilles de Bombay aux touristes fortunés du Taj Mahal, au fil de ses rencontres, le jeune homme va apprendre que la fortune sourit aux audacieux... Ce roman poignant et généreux a reçu le prix Grand Public du Salon du Livre de Paris en 2007.

En 2008, il a été adapté au cinéma par Danny Boyle sous le titre
Slumdog millionaire et a connu un énorme succès international.

JPEG Lehane, Dennis. Shutter island. Rivages, 2006. 393 p.

Nous sommes dans les années cinquante. Au large de Boston, sur un îlot nommé Shutter Island se dresse un groupe de bâtiments à l’allure sinistre. C’est un hôpital psychiatrique dont les patients, tous gravement atteints, ont commis des meurtres. Lorsque le ferry assurant la liaison avec le continent aborde ce jour-là, deux hommes en descendent : le Marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule. Ils sont venus à la demande des autorités de la prison-hôpital car l’une des patientes, Rachel Solando, manque à l’appel. Comment a-t-elle pu sortir d’une cellule fermée à clé de l’extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Œuvre incohérente d’une malade ou cryptogramme ? Au fur et à mesure que le temps passe, les deux policiers s’enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant, jusqu’au choc final de la vérité.

JPEGDe Metter, Christian / Lehane, Dennis. Shutter island. PARIS : Casterman, 2009. 128 p. Casterman noir. L’adaptation du roman de Lehane en bande dessinée.

JPEGShtuter island a été porté à l’écran en 2009 par Martin Scorsese (sortie française prévue en février 2010) avec Leonardo Dicaprio

Deux autres romans de Dennis Lehanne ont déjà fait l’objet d’une adaptation cinématographique :

Gone bay gone réalisé par Ben Affleck en 2007 avec Casey Affleck et Morgan Freeman

Mystic river mis en scène par Clint Eastwood en 2003 avec Sean Penn, Kevin Bacon et Tim Robbins

Quelques pistes de lecture au CDI :

Beylie, Claude / Pinturault, Jacques. Les films-clés du cinéma. Larousse, 2008. 311 p. Reconnaître Comprendre.

Les films-clés du cinéma a pour ambition de faire découvrir les films qui ont fait l’histoire du cinéma de 1895 à nos jours : L’arrivée d’un train à La Ciotat, Métropolis, L’ange bleu, Citizen Kane, Le voleur de bicyclette, Rashomon, Johnny Guitare, À bout de souffle, Elephant Man, Pulp Fiction, Breaking the Waves... Conçu comme un outil pratique, il permet de situer immédiatement un film, un réalisateur, un genre, une école nationale dans l’histoire du cinéma. Chacun des 238 films présentés est l’objet d’une véritable fiche signalétique détaillée : les scénaristes, les réalisateurs, les producteurs, les techniciens, les interprètes et leur rôle, la durée du film, un résumé du scénario, une analyse succincte, des citations critiques.

Laurent, Nathalie. Les grandes oeuvres de l’histoire du cinéma. Ellipses, 2008. 223 p. Culture fiches

Cette anthologie du cinéma mondial propose une sélection des plus grands films de l’histoire du cinéma. Elle permet de découvrir les grandes étapes de l’histoire du cinéma et d’accompagner les étudiants dans leur formation.

Journot, Marie-Thérèse. Le vocabulaire du cinéma. 2ème. Colin, 2008. 125 p. 128 cinéma image.

Ce lexique permet un accès facile à la terminologie employée par les spécialistes. Sous plus de 500 entrées sont regroupés les termes les plus courants de la description du film aux notions théoriques de base en esthétique et narratologie, sans oublier les genres et les grands courants cinématographiques. Les articles, illustrés d’exemples, sont accompagnés de corrélats qui permettent de compléter l’information.

Lucci, Gabriele. Le cinéma d’animation. Hazan, 2005. 351 p.

Les mots clés : pour entrer dans l’univers de l’animation, pour comprendre les moyens d’expression, les techniques de réalisation et leur évolution au cours des dernières décénnies. Les créateurs : présentation des réalisateurs, animateurs, producteurs, musiciens qui ont donné vie aux personnages ou collaboré aux films. Les films : un guide complet des longs métrages cultes, de la naissance de l’animation à aujourd’hui. Les chefs-d’oeuvre : histoire et secrets des dix films de référence du cinéma d’animation.

Lucci, Gabriel. Le western. Hazan, 2005. 351 p.

Cet ouvrage s’attache au western, genre cinématographique ancré à l’histoire des Etats-Unis et à sa géographie, où les vastes espaces de l’Ouest américain jouent un rôle prépondérant. Il atteindra son apogée entre 1945 et 1960, donnant des chefs-d’œuvre au septième art, signés John Ford, Howard Hawks ou Raoul Walsh. Du manichéisme de ses débuts, il se fera plus complexe, retraçant pas à pas la conquête de l’Ouest, dans des visions au départ largement mythifiées. Il atteindra l’Europe, qui s’emparera à son tour de ses codes pour les remanier, notamment avec le western spaghetti. Le western nourrit ce guide de ses images. Plans de films, affiches, photogrammes, complétés ici par des cartes géographiques, documentent une centaine de films résumés et commentés, et la présentation de ceux qui les ont tournés.

<p

Siety, Emmanuel. La peur au cinéma. Actes sud, 2006. 87 p. Atelier cinéma.

Un claquement de porte, une ombre qui glisse le long d’un mur, une voix inquiétante dans le noir : quand le cinéma se joue de nos peurs, qu’elles soient intimes ou collectives, c’est pour mieux provoquer notre plaisir... jusqu’à un certain point ! Comment le cinéaste s’y prend-il pour faire grandir en nous, le temps d’un film, ces émotions qui vont de l’inquiétude vague à la vraie frayeur ? Comment se fait-il qu’une suite d’images et de sons réussisse à faire hurler les spectateurs ? Exploration de nos limites personnelles, immersion dans un monde saturé de pièges, confrontation avec " l’autre "..., le film de peur nous fait vivre tout cela à la fois, lorsque, tassés dans notre fauteuil, nous frissonnons avec délices.

Garson, Charlotte. Amoureux. Actes sud, 2007. 87 p. Atelier cinéma

Du premier regard aux premiers mots échangés, des manœuvres de séduction aux premiers baisers, le cinéma a fait de l’amour son sujet favori. Les rêveries des Demoiselles de Rochefort, les œillades de Lauren Bacall à Humphrey Bogart, les étreintes de la Fièvre dans le sang sont devenues des images légendaires de l’amour. Mais ce sont aussi les déhanchements d’un John Travolta dans Grease, le silence de Krimo dans L’Esquive, l’émotion d’Antoine Doisnel dans Baisers volés... Avec ses quiproquos et ses susceptibilités froissées, ses audacieux changés en timides et ses timides en audacieux, avec ses beaux parleurs et ses grands maladroits, la relation amoureuse peut à chaque instant tourner au drame comme à la comédie !.

Gabaston, Pierre. Rebelles sur grand écran. Actes sud, 2008. 88 p. Atelier cinéma

La famille des rebelles sur grand écran est très variée : marginaux, hors-la-loi, leaders charismatiques, esprits libertaires... Ces personnalités fortes ont été jouées par les plus grands acteurs, dans des films qui ont marqué leur époque : de La Fureur de vivre (Nicholas Ray) à Easy Rider (Dennis Hopper), de Bonnie and Clyde (Arthur Penn) à Pierrot le fou (Jean-Luc Godard). Mais les rebelles, ce sont aussi ces beaux portraits d’enfants terribles, d’adolescents en crise, entre idéalisme et violence, dans Sarnia (Philippe Faucon) comme dans De bruit et de fureur (Jean-Claude Brisseau). Solitaires ou en couple, en bande, parfois même à la tête de tout un pays, les rebelles font la loi, au cinéma. Un livre pour découvrir, sous toutes leurs facettes, ces héros du "Non !" sur grand écran.

Sites Internet ressources :

- Cinémathèque française

- Cinema-francais

- Centre national du cinéma et de l’image animée

- Forum des images

- Institut national de l’audiovisuel