Publié : 15 septembre 2011

La disparition de Monsieur X

{{}}
Cet appartement avec jardinet est habité par Monsieur X. Cet homme, discret, qui travaille dans une entreprise de chimie, vit seul dans cet appartement. Inquiète, la voisine appelle au téléphone la sœur de Monsieur X. Celle-ci arrive rapidement sur les lieux.
Après plusieurs coups de sonnette infructueux, elle ouvre l’appartement avec un double de clés en sa possession.
Elle découvre alors un grand désordre dans l’appartement et constate l’absence de son frère. Très inquiète, elle appelle la police. En arrivant sur place, les policiers estiment la situation suffisamment grave pour avertir le commissariat qui contacte le procureur. Celui-ci commande l’intervention immédiate des techniciens de la police scientifique.
En arrivant sur place, les techniciens photographient les lieux : un lit défait dans un angle du studio, un coin-cuisine rempli de vaisselle renversée, un bureau en désordre jonché de papiers sous une fenêtre ouverte, un canapé, une télévision à écran plat accrochée au mur, des vêtements sur le sol ainsi qu’un sac de sport et des clubs de golf, une plante verte…
- Puis, ils repèrent et prélèvent plusieurs indices :
- Plusieurs tâches de sang frais sur le mur et au sol.
- A côté du bureau, une corbeille à papier contenant un papier froissé en boule sur lequel figure une série de mots incompréhensibles.
- Une pierre arrondie sur le bureau
- Un mégot de cigarette dans le pot de la plante verte
- Au pied du canapé, un verre vide contenant une poudre blanche et une boîte de paracétamol sur la table basse.
Tous ces indices sont rapportés au laboratoire afin d’être étudiés. Par ailleurs, des interrogations sont menées auprès des membres de la famille et de l’entreprise du disparu. La famille confirme que Monsieur X est un homme solitaire.
Dans son entreprise, on informe les policiers que Monsieur X travaille actuellement sur une nouvelle molécule entrant dans la composition d’une crème antirides révolutionnaire. C’est peut-être une piste à creuser…
Quelques semaines plus tard, alors que Monsieur X n’est toujours pas réapparu…
La première partie de l’enquête a fourni une adresse où se sont rendus les enquêteurs : il s’agit d’une maison entourée d’un jardin clos. Après enquête rapide, il s’avère que cette maison est louée par un Anglais nommé Pat RECKLER. La demeure semble inoccupée. Le procureur autorise les policiers à y pénétrer en compagnie des techniciens de la police scientifique. On recense d’autres indices :
- Traces de sang, empreintes digitales…
- Dans la poubelle du gestionnaire de messagerie de l’ordinateur, parmi des courriels d’échanges anodins, un courriel codé. Bizarre… !!
Pendant ce temps, les mathématiciens de la section de la section balistique ont été mobilisés pour identifier le point d’où a pu être lancée la pierre trouvée chez Monsieur X.
- Résultats des premières études sur la trajectoire de la pierre.
C’est alors qu’intervient un rebondissement important dans l’enquête : un promeneur a fait une découverte macabre dans un bois situé à une trentaine de kilomètres de la ville : au pied d’un escarpement rocheux, en partie recouvert de feuilles, gisait un corps dont la mort remontait visiblement à plusieurs jours.
Arrivés sur les lieux, les gendarmes font le lien avec la disparition de Monsieur X, et appellent aussitôt les policiers chargés de l’enquête. Les techniciens sont chargés d’un relevé d’indices. Le corps est emmené à l’institut médicolégal pour autopsie et prélèvement d’indices supplémentaires.
- De la terre, des fragments de feuilles et des cheveux ou poils d’animaux collés sous les semelles des chaussures.

Il nous reste une quinzaine de semaines pour connaître le fin mot de l’histoire et découvrir le meurtrier...