Vous êtes ici : Accueil > Enseignements > Enseignement général et technologique > Arts plastiques > Niveau seconde > Des sténopés plus design
Publié : 28 avril 2011

Des sténopés plus design

Deuxième année consécutive de réalisation de sténopé en seconde, l’année dernière les élèves avaient "seulement" réaliser des prise de vues avec leurs sténopés. Cette année, il a aussi servi à une pratique de type design, au croisement des Arts appliqués et des Arts plastiques :

Sujet : DESIGN : UN GRAPHISME POUR UNE FONCTION

Sur vos sténopés, vous réaliserez un graphisme qui aura une fonction particulière, qui devra servir à dire à communiquer quelque chose…
Vous personnaliserez de manière très forte ce graphisme par le choix d’un vocabulaire formel restreint et visible.
Vous réaliserez un croquis rapide explicitant votre idée avant de passer à la réalisation.

- TECHNIQUES : dessin épuré en graphisme blanc (correcteur), lignes épaisses de préférence continues, une à deux interventions de collage/couleur.
- CONTRAINTES : expliquez en quelques lignes, la fonction que remplit votre graphisme et comment vous vous y êtes pris pour qu’il remplisse ce rôle.

Enjeux :

- développer le projet personnel en seconde
- aborder les différences entre Arts plastiques et Arts appliqués
- poursuivre l’acquisition des compétences graphiques (rendu du volume) en abordant ici des pratiques plus épurées
- dessiner sur du volume, rapport entre le dessin (2D), le volume (3D) et le spectateur ou l’utilisateur
- aborder le dessin comme projet (communiquer une idée et non le dessin pour lui-même)

Barème :

- /4 maîtrise et soin dans la fabrication et l’assemblage du sténopé
- /4 croquis préparatoire : capacité à développer et à faire comprendre une idée par le graphisme, rendu du volume et contraste
- /5 maîtrise graphique (pour le croquis et pour le sténopé) : capacité à épurer, simplifier son dessin à des fins de communication, maîtrise et richesse formelle
- /3 ÉCRIT : sens et vocabulaire plastique du texte
- /4 TRAVAIL, INVESTISSEMENT

Réalisations des élèves :

Balabaud Carine, mars 2011 {JPEG}
Balabaud Carine, projet, mars 2011 {JPEG}
" Le photographe ferme les yeux sur certaines choses, certains instants volontairement. En revanche, il nous fait part de sa vérité à travers les yeux ouverts. La photographie est manipulatrice. Fermer et ouvrir est le choix de celui qui tient l’appareil." Balabaud Carine
Bizouarn Léa, mars 2011 {JPEG}
"J’ai transformé mon appareil photo en une représentation de bus à cause de l’idée de voyage. Un voyage qui sert à échanger, découvrir, rapporter des émotions, des souvenirs ce qui est aussi la fonction d’un appareil photo : diffuser, exprimer, ouvrir les yeux sur le monde, sur les autres...
Mon croquis est très différent de mon sténopé final car toutes les idées me sont venues après coup. Et il me semblait bien de garder le croquis d’origine pour montrer ces différences.
Les fenêtres ont été remontées sur une structure plus haute, les surfaces ont été arrondies et l’idée du bus hippie s’est ajoutée pour accentuer l’idée de voyage et surtout de liberté.
" Bizouarn Léa
Bolzer Flora, mars 2011 {JPEG}
Cesneau Orphée, mars 2011 {JPEG}
Cesneau Orphée, mars 2011 {JPEG}
"Sur la première face de mon sténopé, on peut voir la représentation de barreaux de prison ainsi que des mains qui les tiennent et qui sont comme aspirées dans le sténopé par le trou d’aiguille. A l’inverse, lorsque l’on retourne mon sténopé, nous pouvons voir que les barreaux sont écartés et que l’homme libère la photographie. Le photographe a le pouvoir de capturer une image puis de la libérer (lors du développement). Mon travail symbolise le choix du photographe de faire ou non la photographie. Cette décision est importante, dans certaines circonstances, la photographie peut-être une preuve, être moralisatrice, choquante, mal interprétée, détournée, volée, retouchée, exposée. La photographie peut représenter un risque d’où le Be Carefull , Soit prudent en anglais." Cesneau Orphée
Devisme Amélie, mars 2011 {JPEG}
Devisme Amélie, mars 2011 {JPEG}
Devisme Amélie, projet, mars 2011 {JPEG}
Drouet Déborah, mars 2011 {JPEG}
"L’idée de la valise transformant le sténopé signifie que l’on peut l’emmener partout. Transportable, il peut nous accompagner partout. J’ai collé des noms de villes et de pays pour montrer que le sténopé est un appareil photo international et universel. Je pense d’ailleurs que la fonction du sténopé est de voyager et de capturer des images inédites." Drouet Déborah
Dufour Antoine, mars 2011 {JPEG}
"La fonction de mon sténopé est de capturer des preuves." Dufour Antoine
Dufour Antoine, projet, mars 2011 {JPEG}
Dufour Antoine, projet, mars 2011 {JPEG}
Duphloux François, mars 2011 {JPEG}
"Le graphisme de mon sténopé ne remplit pas une fonction particulière mais est plutôt une représentation fantaisiste de ce que représente pour moi la photographie : une explosion de saveur, d’images visibles et de fantaisie.
Il peut aussi représenter la façon dont la photographie peut briser la vision qu’ont les gens sur le monde. Elle peut troubler en quelque sorte.
" Duphloux François
Duprat Raphael, mars 2011 {JPEG}
"Cela représente l’idée que l’appareil est un outil qui peut capturer et retenir par l’image le monde autour de lui. La forme en spirale est utilisée pour montrer une attirance, une absorption du monde." Duprat Raphael
Duprat Raphael, projet, mars 2011 {JPEG}
Duval Manon, mars 2011 {JPEG}
Duval Manon, projet, mars 2011 {JPEG}
Fusée Thomas, mars 2011 {JPEG}
"J’ai représenté sur la face principale un planisphère avec au centre un œil entourant le trou d’aiguille du sténopé, puis, sur chacune des autres faces, un continent différent. Cette représentation tente d’expliquer que je compte prendre des photos concernant tous les domaines possibles, prendre des photos de tout ce qui existe au monde." Fusée Thomas
Gaudfroy Lorine, mars 2011 {JPEG}
Gaudfroy Lorine, mars 2011 {JPEG}
Gaudfroy Lorine, mars 2011 {JPEG}
Gaudfroy Lorine, projet, mars 2011 {JPEG}
" Le sens que j’ai choisi pour le design de mon sténopé, c’est le mensonge. Ce que je veux exprimer, c’est que le photographe ne montre que ce qu’il désire montrer, il est donc capable de mentir. Pour illustrer cette pensée, j’ai réalisé un dessin qui représente un visage dans un sens de lecture et le mot liar (mensonge en anglais) dans un autre sens de lecture. Sur deux autres faces du sténopé, j’ai ainsi représenté deux situations du mensonge et sur les deux dernières, des mots en liaison avec mon sujet, une à l’endroit et l’autre comme en miroir. L’idée que je voulais faire ressortir de mon travail, c’est que, pour moi, la photographie ne montre pas la réalité." Gaudfroy Lorine
Gelin Emma, mars 2011 {JPEG}
"A partir de mon sténopé, j’ai voulu développer une de ses fonctions qui est d’emprisonner le temps. Je l’a alors illustrer par des représentations de montres donnant une heure aléatoire. Pour pouvoir aussi se situer dans le temps, j’ai écris "lundi" et j’ai mis en valeur certaines aiguilles au premier plan. Ensuite, j’ai voulu expliquer subjectivement la notion d’emprisonnement du temps par la représentation de chaines qui envahissent toutes les faces du sténopé devenant prison (boite noire). Je suis enfin intervenue avec des collages et par une couleur or ancien pour déterminer le passage du temps. Ici, l’image est maître du temps." Gelin Emma
Gelin Emma, mars 2011 {JPEG}
Gelin Emma, projet, mars 2011 {JPEG}
Getin Clara, mars 2011 {JPEG}
"Nous sommes tous des acteurs face à l’objectif." Getin Clara
Getin Clara, mars 2011 {JPEG}
Gillard Antoine, mars 2011 {JPEG}
Gouttefarde Shiffer, mars {JPEG}
Orhant Amélie, mars 2011 {JPEG}
"J’ai emprisonné mon sténopé de ronces emmêllées pour représenter la capture de l’image. La rose reflète la libération comme s’il suffisait de tirer dessus pour tout démêler et ouvrir un passage à la lumière. Mais aussitôt éclairé, les ronces le refermeraient d’où les épines pour appuyer sur le thème du piège." Orhant Amélie
Monot Johanna, mars 2011 {JPEG}
Laroye Axelle, mars 2011 {JPEG}
Lepape léonore, projet, mars 2011 {JPEG}
Duphloux François, projet, mars 2011 {JPEG}
Lelevé Juliette, mars 2011 {JPEG}
Lelevé Juliette, mars 2011 {JPEG}
Lelevé Juliette, mars 2011 {JPEG}
Lion Laura, mars 2011 {JPEG}
"J’ai représenté un cadenas pour évoquer la capture. La clé est dorée pour montrer la grande valeur des souvenirs. Qu’ils soient heureux ou malheureux, ils ne doivent pas être oubliées." Lion Laura
Lepape Léonore, mars 2011 {JPEG}
"Sur mon sténopé, j’ai collé des miroirs car pour moi, la photographie représente la réalité du monde d’où l’idée de reflet du monde. Sa fonction est d’être un miroir du monde." Lepape Léonore
Monot Johanna, mars 2011 {JPEG}
Monot Johanna, mars 2011 {JPEG}
Monot Johanna, mars 2011 {JPEG}
Moutardier Manon, mars 2011 {JPEG}
Mouturat Sarah, mars 2011 {JPEG}
"Keep your secret secret : garde ton secret secret. J’ai décidé d’écrire cette phrae sur le devant de mon sténopé pour montrer que l’appareil photo permet de garder des secrets et de se remémorer des souvenirs (positifs ou non). L’apareil permet aussi de garder des choses pour soi, d’où cette phrase. J’ai aussi coller des phrases de journaux qui me semblent intéressantes. Par exemple sur l’obturateur, j’ai décide de coller "La théorie de l’échec". Je trouve cette phrase particulièrement intéressante car personne n’est jamais sûre du résultat de sa photographie. Il faut accepter l’échec de la photographie mais aussi du reste.
Sur le dessus de mon sténopé, j’ai collé une montre arrêtée, synonyme du temps figé. Car la photographie représente à l’infini ce qui n’a lieu qu’une fois. J’ai aussi collé "Quand le masque se met à vivre" : j’aime particulièrement cette personnification car le sténopé lui aussi vit. Il nous raconte beaucoup de choses en une image.
J’ai collé du papier journal tout autour de mon sténopé pour faire référence à l’information, à un moyen de communication et au journalisme. L’image est aussi présentent dans la presse.
Enfin, j’ai aussi coller des phrases plus choquantes qui me semblent être intéressantes car la photographie peut non seulement rappeler des souvenirs ou garder des secrets mais aussi dénoncer et/ou accuser des faits ou des actions exercées dans le monde.
" Mouturat Sarah
Navet Gabriel, mars 2011 {JPEG}
Navet Gabriel, projet, mars 2011 {JPEG}
Pelleray Margaux, mars 2011 {JPEG}
Pelleray Margaux, projet, mars 2011 {JPEG}
Perruchet Lauriane, mars 2011 {JPEG}
Perruchet Lauriane, mars 2011 {JPEG}
Perruchet Lauriane, mars 2011 {JPEG}
Perruchet Lauriane, mars 2011 {JPEG}
Perruchet Lauriane, mars 2011 {JPEG}
Perruchet Lauriane, projet, mars 2011 {JPEG}
" Le croquis est un premier jet. L’inspiration et les nouvelles qui me viennent sont aussi réalisées sur le moment, lorsque j’applique mes envies sur l’objet, comme l’idée de la pellicule qui m’est venue en dernier. Les dessins "ancestraux" ou peut-être d’inspiration tribale rappellent que le sténopé est un des premiers appareils photo." Perruchet Lauriane
Quint Alexandra, mars 2011 {JPEG}
Rambaud Charlotte, mars 2011 {JPEG}
"Mon travail représente un appareil photo en train de fondre pour montrer que rien ne dure, tout se perd un jour." Rambaud Charlotte
Romanet Matthias, mars 2011 {JPEG}
Romanet Matthias, mars 2011 {JPEG}
"Un sténopé est fait pour capturer la lumière non ?" Romanet Matthias
Vanhalst Madeline, projet, mars 2011 {JPEG}
Rambaud Charlotte, mars 2011 {JPEG}
Rambaud Charlotte, mars 2011 {JPEG}
Vanhalst Madeline, mars 2011 {JPEG}
Vanhalst Madeline, mars 2011 {JPEG}
"Certaines faces de mon sténopé sont parsemées de citations sur la photographie et qui présentent ainsi différents points de vue sur ce médium car l’art doit être critiqué, discuté, pour avancer." Vanhalst Madeline
Viltard Rubli Océane, mars {JPEG}

PROPOSITIONS DE PHOTOGRAPHIES :

Toutes les photographies sont à faire à la maison. Deux secondes de pose pour les photographies faites à l’extérieur avec une bonne lumière, quatre à six secondes pour les photographies en intérieur ou avec peu de lumière.

Sujets pour les 36 poses :
- portrait, autoportrait, figures humaines (cadrage serré, la personne dans son environnement...)
- point de vue (celui d’un animal en forêt, celui d’un petit enfant dans la cour d’une école primaire...)
- espaces (les lieux qui vous intéressent, autres que le domicile ou le lycée _ supermarché, vitrines, espaces naturels...)
- lumière (effets de lumières, reflets...)
- album de famille (étant donné que les élèves ont insisté sur la valeur mémorielle de la photographie, réfléchir et produire des photographies de ce type)
- surimpression (deux pas plus ! Deux espaces en un, deux personnes en une image...)

Les élèves traiteront librement un, plusieurs ou tous ces sujets (voir des propositions libres). A la fin de leur pellicule, ils remettront leur sténopé avec la liste des photographies qu’ils auront prises (et leur nom, prénom).

Si les élèves photographient des personnes extérieures au lycée, ils devront les prévenir que les photos seront éventuellement publiées sur le site du lycée et s’assurer d’avoir leur accord (sinon le mentionner sur la liste).


RÉSULTATS PHOTOGRAPHIQUES :

Cesneau Orphée, mars 2011 {JPEG}
Cesneau Orphée, mars 2011 {JPEG}
Cesneau Orphée, mars 2011 {JPEG}
Devismes Amélie, mars 2011 {JPEG}
Devismes Amélie, mars 2011 {JPEG}
Devismes Amélie, mars 2011 {JPEG}
Duphloux François, mars 2011 {JPEG}
Duphloux François, mars 2011 {JPEG}
Duval Manon, mars 2011 {JPEG}
Lelevé Juliette, mars 2011 {JPEG}
Monot Johanna, mars 2011 {JPEG}
Monot Johanna, mars 2011 {JPEG}
Monot Johanna, mars 2011 {JPEG}
Moutardier Manon, mars 2011 {JPEG}
Moutardier Manon, mars 2011 {JPEG}
Navet Gabriel, mars 2011 {JPEG}
Orhant Amélie, mars 2011 {JPEG}
Orhant Amélie, mars 2011 {JPEG}
Perruchet Lauriane, mars 2011 {JPEG}
Vanhalst Madeline, mars 2011 {JPEG}
Viltard Rubli Océane, mars 2011 {JPEG}