Vous êtes ici : Accueil > Vie scolaire > Vie lycéenne > #SolutionsClimat > 02.Ecolycée 2011-2014 > 2012-2013 > Biodiversité : les orchidées sauvages au lycée
Publié : 6 juin 2012

Biodiversité : les orchidées sauvages au lycée

Il existe des orchidées sauvages qui poussent en Europe, en France, à La Queue-lez-Yvelines et au lycée Jean Monnet en particulier.

L’orchidée sauvage la plus représentée au lycée est l’ophrys abeille (Ophrys apifera). La fleur se compose de deux pétales rose violacé et d’un labelle foncé qui imite le corps d’une abeille, d’où son nom. Au lycée, cet ophrys a même un autre visage puisqu’en plus de la variété rosâtre, habituelle, on trouve aussi une variété blanchâtre : Ophrys apifera var. flavescens. La forme est identique mais les pétales et les sépales sont blancs et le labelle est jaune-vert.

D’autres espèces ont été remarquées. D’abord, un orchis bouc (Himantoglossum hircinum).qui doit son nom commun à son odeur de bouc alors que son nom de genre (Himantoglossum) évoque, en grec, ses longs labelles étroits enroulés sur eux-mêmes.

Puis, un orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis). Son nom vient de son épi floral en forme de pyramide. Elle est de couleur rose très vif et son labelle est muni de callosités qui guident la trompe des papillons butineurs.

Et enfin un listère ovale (Listera ovata) qui pousse dans un milieu plus ombragé.

Il y a donc au moins cinq variétés d’orchidées au lycée et au total près de 500 pieds ont été dénombrés. Mais, cette année (2012) seules l’ophrys abeille, la flavescens et l’orchis bouc sont en fleurs.

Les orchidées sont des fleurs discrètes qui ne sont pas toujours reconnues. Elles s’exposent à deux principaux dangers d’origine humaine : la tondeuse et la cueillette.

Cette année, c’est avec Mme Larduinat, proviseure, dans le cadre du projet Ecolycée, que la protection de ces fleurs a pu être reconduite. Monsieur Nicolini, agent d’entretien des espaces verts du lycée, a marqué les emplacements des orchidées par des piquets en bois (depuis 2007), ce qui permet de les repérer et de ne pas les tondre.

Ainsi la biodiversité du lycée est préservée et nous pouvons admirer ces étranges fleurs qui fleurissent en mai et juin pour une période de courte durée.

E. Brossillon