Publié : 7 mars 2018

GREECE DAY 2

Le 6 mars est l’anniversaire de la mort de Melina Mercouri, une actrice et femme politique grecque qui a joué un rôle essentiel dans la construction du musée de l’Acropole d’Athènes que le groupe Erasmus+ a justement visité ce matin.

L’un des objectifs de Mélina Mercouri était d’obtenir le retour des marbres du Parthénon – les « marbres d’Elgin » – actuellement au British Museum de Londres. C’est donc pour cela qu’elle s’est investie dans la création du musée afin que celui-ci puisse accueillir les 6 Caryatides du Parthénon et permettre de les conserver dans de bonnes conditions.

Les architectes qui ont dessiné le musée ont travaillé autour de deux mots d’ordre : la lumière et le mouvement.

La forme du musée sur pilotis (pour résister à d’éventuels tremblements de terre) a permis de conserver et de présenter une partie des ruines antiques qui se trouvent sur le site.

La montée vers le premier étage, semblable à la pente qui mène au Parthénon, présente divers objets venant des sanctuaires qui se trouvaient sur et autour de l’Acropole.

Le premier étage est consacré aux périodes mycénienne, géométrique et archaïque.

Le troisième étage est intégralement réservé au Parthénon. Il est organisé en rectangle, sur le modèle du temple. Ainsi, les métopes, frises et frontons sont visibles par le visiteur exactement comme ils étaient à l’origine. Toutes les parties qui se trouvent dans d’autres musées ont été remplacées par des copies.

En redescendant, le visiteur traverse l’autre partie du premier étage consacrée à l’Érechthéion et principalement à ses Caryatides, aux frise et parapets du temple d’Athéna.

Suite à la visite du musée le groupe s’est rendu au Parthénon sous un soleil éclatant, puis a profité d’une pause déjeuner tout aussi ensoleillée.

Dans l’après-midi, le groupe a visité la première galerie en Grèce à exposer des oeuvres d’art contemporain, qui accueillait une exposition de Gilbert and George : The Beard Pictures.

Le groupe a ensuite suivi une guide dans les rues d’Athènes.
Celle-ci nous a retracé l’histoire de la ville d’un point de vue architectural : une ville organisée en forme de triangle métissée de bâtiments classiques et d’habitations datant des années trente ou encore des années soixante.

Nous avons également pu profiter d’oeuvres de street art, qui semblent avoir explosées à Athènes après les Jeux Olympiques organisés en 2005, et avons fini notre balade sur la place du marché, dans le centre ville.