Publié : 25 juin

Le jour où tout a basculé

Le jour où tout a basculé

16 Mars 2020 :

Cet après-midi, je suis sortie heureuse de ce bâtiment. Après cette annonce à laquelle on ne croyait pas vraiment, quand on a vu tout le monde partir avec des têtes différentes de celles de fin de journées habituelles, on a compris. Ma bande de copines et moi étions toutes très contentes même si au fond on aurait dû se sentir un peu inquiètes. Je réalise maintenant que tout sera différent, que nous aurons plus de libertés, que les vacances arriveront plus tôt, que l’on va être tranquilles. Mais mes parents ne semblent pas de cet avis, ils disent qu’ils me forceront à rester à la maison, « au cas où » qu’ils disent. Mais je ne pense pas qu’ils le feront vraiment, ils seront trop occupés par leur travail pour me surveiller, et au pire je n’aurais qu’à leur sortir une de mes excuses magiques, genre « je vais faire un peu de sport, j’étouffe ! » et ils me laisseront sortir.

23 Mars 2020 :

Aujourd’hui, c’est l’anniversaire de mon frère, il va avoir un an. Mes parents sont tout excités à l’idée de pouvoir passer son anniversaire avec ses copains turbulents, que ça rajoutera de la vie comparé à d’habitude. J’avoue que je commence à bien m’amuser depuis quelque temps, mes parents continuent à me laisser sortir de plus en plus, même après ce que l’on entend les rares fois où l’on va faire les courses. Mes copines et moi on se donne rendez-vous tous les jours dans ce grand bâtiment coloré, que les autres appellent lycée (quel drôle de nom, vraiment), dans lequel on avait l’habitude de se rendre les jours avant la « libération », c’est comme ça que mes amies et moi avons appelé ce jour. Je pense que j’ai besoin de sommeil, je sors toute la journée et fais des fêtes quelques soirs.

14 Avril 2020 :

Comme tout le monde est un peu craintif, ils pensent que les autres nous tendent un piège. Hier notre chef s’est adressé à nous pour dire qu’il était satisfait de notre compréhension face à la situation actuelle. Il a quand même parler des gens comme nous, pas très responsables, et qui prenaient la liberté de sortir quand on n’en avait pas le droit. Mes amies et moi continuons de nous envoyer des messages sur snapchat. Je commence à aller faire du sport de plus en plus souvent et mes parents ne remarquent toujours rien, le fait d’aller courir le soir ne les choque pas, tant mieux.

1er Mai 2020 :

Nouveau mois, nouveau mode de vie ??? Bah pour mes copines et moi c’est le contraire, on sort tous les jours et j’ai réussi à m’échapper de la maison. Le grand bâtiment est devenu notre deuxième maison, à mes amies et moi. On a entendu par les voisins que la fin approchait, que nous pourrons à nouveau sortir comme avant, ce qui ne nous a pas tellement inquiétées, mis à part le fait de devoir retourner en cours.

10 Mai 2020 :

C’est notre dernier jour de liberté, on a prévu de se faire une méga soirée avec tous les gens qui peuvent sortir. Demain, les humains retourneront en cours et nous devrons retourner dans nos maisons car, même si j’aime le risque,
je ne veux être écrasée ou mangée par un chat. Je pense que j’ai bien profité de la période de « liberté », devoir se re-confiner jusqu’aux vacances d’été va être long mais ces vacances prématurées étaient plutôt agréables, je dois le reconnaître.

Copyright Titouan